Traces de l' auto/traduction dans les romans de Nancy Huston

Valeria Sperti

Abstract


Dès 1981, date de publication du premier récit, Les Variations Goldberg, jusqu’au Club des miracles relatifs, publié en 2016, – sans oublier Plainsong qui inaugure le procédé de l’autotraduction simultanée – l’écrivaine parsème ses procédés fictionnels d’indices autobiographiques concernant sa réflexion sur le bilinguisme, l’identité, la traduction et sa pratique. L’analyse de ces indices trace un parcours significatif qui sera mis en évidence et qui conduit l’œuvre hustonienne vers la prise en compte intradiégétique de deux langues. En particulier, la rencontre avec l’autre-de-soi traductif se retrouve au niveau intratextuel dans les thèmes abordés et dans des formes d’écriture impliquant l’énonciation et l’énoncé. Ces-dernières sont plus spécifiquement l’objet de mon article : tout en n’étant pas des traductions interlinguistiques au sens propre, elles acquièrent une signification en tant que figures d’interprétation fictionnelles et autobiographiques, mettant souvent en jeu deux ou plusieurs langues.  L’analyse de l’énonciation s’intéressera à des phénomènes récursifs : la mise en scène d’un personnage central qui fait fonction de narratrice-interprète, la présence de deux plans narratifs enchâssés l’un dans l’autre et le recours aux références intermédiales.

Ces éléments collaborent à l’amplification du sens ; les enchâssements narratifs, auxquels Nancy Huston a habitué son lecteur, servent à l’introduire dans l’atelier de la création littéraire, lui montrant la charpente autobiographique de son imaginaire narratif et autotraductif. 


Full Text

PDF

Riferimenti bibliografici


Beaujour, Elizabeth Klosty, Nancy Huston's Danse Noire, « L2 Journal », UC Davis, 2015. http://escholarship.org/uc/item/5zx9b5pj

Boisvert Richard, Danse noire de Nancy Huston : le rythme du cœur. Entretien, « Le Soleil », 6 octobre 2013.

Braidotti Rosi, Nomadic Subjects. Embodiment and Sexual Difference in Contemporary Feminist Theory, New York, Columbia University Press, 1994.

Cloutier Mario, Nancy Huston: mettre au monde. Entretien, « La Presse », (1er novembre 2014): http://www.lapresse.ca/arts/livres/entrevues/201410/31/01-4814591-nancy-huston-mettre-au-monde.php

Danby, Nicola, The Space Between: Self-Translators Nancy Huston’s Limbes/Limbo, « Linguistique », 40, 2004, n° 1, p. 83-96.

Delbart Anne-Rosine, Changement de langue et polyphonie romanesque, in Écrire en langue étrangère, Robert Dion et al. (éds.), Québec, Nota Bene, 2002, p. 43-63.

El Nossery Nathalie, L’étrangeté rassurante de la « bi-langue » chez Abdelkébir Khatibi et Nancy Huston, « Contemporary French and Francophone Studies », Vol. 11, n° 3, 389-397.

Falceri Giorgia, Nancy Huston, Self-translation and a Transnational Poetics, « Ticontre », n° 2, 2014, p. 51-65.

Gallagher Mary, Nancy Huston ou la relation proliférante, in Marta Dvorak et al. (éds), Vision/Division ; l’œuvre de Nancy Huston, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2004.

Gasparini Pierre, Est-il je ? Roman autobiographique et autofiction, Paris, Seuil, 2004.

Gauvin Lise, L’écrivain francophone à la croisée des langues, entretiens, Paris, Karthala, 2000.

Gazier, Michèle, Laval, Martine & Bouchez, Emmanuelle, Français dans le texte , entretien avec Nancy Huston, « Télérama », 1997. http://www.telerama.fr/livre/francais-dans-le-texte,69949.php.

Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1972.

Grutman Rainier, Self-translation, in Baker, Mona& Saldanha, Gabriela (éds.), Routledge Encyclopedia of Translation Studies, London, Routledge, 2009. p. 258-260.

Holmes Diana, No common places: exile as loss and gain in the work of Nancy Huston and other writers from elsewhere, « Dalhousie French Studies », n° 33, 2010. p. 33-42.

Kellman Steven G., The Translingual Imagination, London, University of Nebraska Press, 2000.

Klein-Lataud Christine, Les voix parallèles de Nancy Huston, « TTR : traduction, terminologie, rédaction », vol. 9, n° 1, 1996, p. 211-231.

Massoutre Guylaine, Nature et culture, « Le Devoir » 25 octobre 2014, http://www.ledevoir.com/culture/livres/421941/nature-et-culture

Mercuri Valentina, Autotraduzione e autobiografia, in Autotraduzione e riscrittura, Andrea Ceccherelli et al. (éds.), Bologna, Bononia University Press, 2013, p. 307-320.

Petrowski Nathalie, Bar Payant, « La Presse », 18 novembre 1993.

Sardin Pascale, Samuel Beckett/Nancy Huston ou le bilinguisme des malentendus en contrefaçon : deux expériences similaires ? in A. Gasquet et al. (éds.), Écrivains multilingues et écritures métisses. L’hospitalité des langues, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Blaise Pascal, 2007, p. 257-269.

Senior Nancy, Whose song, whose land? Translation and appropriation in Nancy Huston’s Plainsong / Cantique des plaines, « Meta : journal des traducteurs / Meta: Translators' Journal », vol. 46, n° 4, 2001, p. 675-686.

Shread, Carolyn, Redefining Translation through Self-Translation: The Case of Nancy Huston, « French Literature Series », vol. 36, n° 1, 2009. p. 51-66.




DOI: http://dx.doi.org/10.15168%2Ft3.v0i7.162

Refback

  • Non ci sono refbacks, per ora.




Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License.

Ticontre. Teoria Testo Traduzione.

Rivista semestrale registrata presso il tribunale di Trento, n° 14 dell'11 luglio 2013

ISSN 2284-4473